01 – Kirmington

Tarmac
Briefing
Objectif

Kirmington, côte Nord/Nord-Est de l’Angleterre. En ce jeudi finissant du 27 avril 1944, l’agitation est à son comble sur le tarmac de l’aéroport militaire : une agitation contrôlée, maîtrisée, tendue vers un but. C’est une fourmilière dans laquelle chaque geste, de n’importe quel personnel rampant, est un rouage de précision dans l’immense mécanique d’un grand raid. Cette nuit, deux mille cent quinze avions s’envoleront de différents aérodromes. Une opération de cette envergure implique une coordination d’une telle complexité que le timing s’impose de manière irrévocable. A l’heure H, tout doit être prêt, impérativement.

Par souci de simplification, les Anglais ont adopté, depuis le lundi 3 avril 1944, l’heure d’été GMT+2 ; la même qu’en France où les Allemands l’ont imposée au fur et à mesure de leur invasion en 1940.

A 18 heures, dans la salle de briefing, les équipages apprennent le but de leur mission. Plus tard et loin des fanfaronnades hollywoodiennes, nombre d’entre eux témoigneront de ce passager clandestin dont ils ne peuvent se défaire et avec lequel ils doivent composer : la peur.

Cette nuit, trois cent trente-deux d’entre eux ont pour cibles différents sites de production de matériel militaire implantés à Friedrichshafen, sur les bords du Lac de Constance. D’autres escadrilles seront dirigées vers des cibles différentes. Certaines encore constituent des leurres chargés de faire diversion auprès des observateurs ennemis.

Lire la suite : Décollage >

< Page précédente